C'est ?a la protection du climat.

Le climat id?al – ?conomies ? la cl? !

La protection du climat commence au travail. Et chaque degr? compte !



De nombreuses ?tudes l’ont prouv? : il existe un lien direct entre la fr?quence des accidents du travail et la temp?rature ambiante. Ainsi, une chaleur excessive au poste de travail peut ?tre ? l’origine d’une sensation de malaise et d’une baisse de productivit?. Elle contribue par ailleurs ? augmenter le risque d’accident. En p?-riode estivale, il convient donc de veiller ? une bonne climatisation des locaux ac-cueillant du personnel, en particulier s’il s’agit de halles de production. La climati-sation des b?timents est une op?ration complexe et co?teuse – surtout lorsque les prix de l’?lectricit? ne cessent d’augmenter. Pourtant, nos besoins en mati?re de climatisation seront plus importants encore ? l’avenir. C’est du moins ce qui res-sort d’une ?tude men?e par le Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), organisme ?galement charg? d’?tablir le rapport mondial sur le climat. Selon le GIEC, on verra appara?tre dans le courant du 21e si?cle une nette augmentation des jours de grande chaleur et de canicule : selon les zones, leur nombre pourrait ?tre multipli? par deux ou par cinq. Un v?ritable d?fi pour les en-treprises dont la production se d?roule d?j? dans une atmosph?re de forte chaleur, comme la soci?t? nordform Max Storch, qui a centr? ses activit?s autour de la transformation des thermoplastiques.

Dans la halle de production de l’entreprise nordform le thermom?tre affiche plus de 26? C. ? Difficile de faire autrement ?, explique le directeur Rainer Knobloch, ? car, comme leur nom l’indique, les thermoplastiques sont des mat?riaux qui se forment ? chaud ?. Lorsque le soleil d’?t? darde ses rayons sur le toit de l’usine, la temp?rature int?rieure est encore plus ?lev?e : ? certains jours de grande chaleur, nous avons pu  relever des temp?ratures de 35 ? 40 ?C dans la halle ! Nous n’avions pas les moyens d’investir dans une climatisation avec syst?me conventionnel de conditionnement de l’air. En effet, une telle installation co?te cher ? l’achat et consomme une tr?s grande quantit? d’?lectricit? ? explique encore Rainer Knobloch. Par ailleurs, le directeur es-timait l’investissement dans une climatisation traditionnelle peu judicieux au regard de la hausse des prix de l’?nergie et des d?bats actuels sur le climat.

Rainer Knobloch, qui se refusait ? investir dans un concept peu adapt? aux exigences de l’avenir, s’est donc mis en qu?te d’une solution qui serait ? la fois ?conomique et compatible avec la protection de la plan?te. ? Nous avons en premier lieu remplac? les coupoles lumineuses (en verre acrylique conventionnel) de la halle de production par des vitrages en PLEXIGLAS HEATSTOP? qui emp?chent la chaleur de p?n?trer dans les locaux. En effet, les pigments incorpor?s dans ce mat?riau r?fl?chissent les infrarouges et stoppent ainsi le rayonnement ?nerg?tique de mani?re trois fois plus efficace que le verre acrylique standard ?, commente Rainer Knobloch. Les premi?res r?percussions positives du remplacement des coupoles lumineuses se font d?j? fait sentir : ? la temp?rature int?rieure pendant les journ?es d’?t? fortement ensoleill?es a baiss? de trois degr?s environ. Nos salari?s sont bien s?r les premiers ? s’en r?jouir. Leur activit? de production leur impose de travailler ? haute temp?rature ; chaque degr? en moins est donc per?u comme un soulagement bienvenu ?. Et en effet, un ra-fra?chissement de la temp?rature, ne serait-ce que d’un degr?, aux postes de travail soumis ? de fortes chaleurs permet de r?duire le risque d’accident ? ces postes. C’est en tout cas ce que r?v?lent les travaux de recherche scientifique actuels, dont les r?-sultats sont pr?sent?s dans le rapport ? Klima am Arbeitsplatz ? (climat sur le lieu de travail) de l’Institut allemand de s?curit? et de m?decine du travail.

Le remplacement des coupoles lumineuses sur le site de l’entreprise nordform ?tait une op?ration simple, r?alis?e avec un minimum de moyens, qui pr?sente pourtant d’autres avantages encore : ? La luminosit? ambiante est d?sormais nettement plus agr?able car PLEXIGLAS HEATSTOP? r?partit la lumi?re du jour de mani?re beau-coup plus diffuse. Le mat?riau permet ?galement d’?viter les ombres port?es g?nan-tes ?, rapporte Rainer Knobloch.
 
Dans un deuxi?me temps, Rainer Knobloch pr?voit d’installer des capteurs solaires sur le toit de la halle de production. Ceux-ci permettront d’encore mieux retenir la chaleur du soleil, qui pourra alors ?tre utilis?e en tant que source d’?nergie. ? Nous souhaitons par ailleurs r?cup?rer la chaleur perdue du processus de formage pour actionner des turbines g?n?ratrices d’?lectricit? ?. La planification d?finitive du nou-veau concept de climatisation est pr?vue pour 2009. En optant pour cette approche globale, l’entreprise, au lieu d’augmenter sa consommation ?lectrique pour climatiser ses locaux de production, verra au contraire ses co?ts diminuer. Mais d’autres argu-ments encore ont achev? de convaincre Rainer Knobloch : ? En tant qu’entreprise, nous profitons de la r?duction des co?ts, tandis que nos salari?s b?n?ficient d’un cli-mat de travail plus agr?able. Ensemble, nous contribuons ainsi ? la protection de la plan?te. Il a suffi d’une intervention tr?s simple, le remplacement des coupoles lumi-neuses, pour obtenir de grands effets. Il ne nous reste plus qu’? planifier les ?tapes suivantes du projet…?.
 

Calculez vos potentiels d’?conomies en mati?re d’?nergie, d’?missions de CO2 et de d?penses. plus

Notre s?rie vid?o en ligne pr?sente des projets en faveur de la protection climatique utilisant les mat?riaux PLEXIGLAS?. plus

Un toit vitr? dot? d’une protection thermique ad?quate ?conomise non seulement de l’?nergie mais am?liore ?galement les conditions de travail. plus